Hugues Tavernier

Violoniste

Né en 1986, ses études musicales vont le conduire successivement dans les conservatoires d’Annecy, Lyon et enfin Genève où il terminera un Master d’interprétation en 2014. C’est auprès de Nathalie Geoffray, Marie-Annick Nicolas, François Payet-Labonne et Sasha Rozhdestvensky qu’il construit son univers musical. Actuellement, il cherche à diversifier ses pratiques et se produit notamment avec l’Orchestre de Chambre de Versoix en tant que chef d’attaque des seconds violons, au sein de la troupe d’Opéra de rue “ Les Farçeurs Lyriques ”. Depuis 2014, il forme un Duo violon-piano avec Livia Naas.

Bach Johann SebastianPartita n°2 en Ré mineur – Sarabande
Hindemith PaulSonate pour violon seul Op.31 N°2 – 2e mvt
Enesco GeorgesSonate “dans le caractère populaire roumain” – 1er mvt/span>Piano : Livia Naas
Bartók BélaDanses roumaines – 1er et 2e mvtPiano : Livia Naas

Prochains concerts

Mozart et Vivaldi

Jeudi 27 avril - 20h Eglise St. François (Lausanne)
Vendredi 28 avril - 20h Eglise St. François (Lausanne)
Dimanche 30 avril - 17h Temple protestant (Orbe)

MOZART – Vêpres solennelles pour un confesseur, KV339
VIVALDI – Beatus Vir, RV597
MONDONVILLE – Grand Motet: Dominus Regnavit

Direction : Christophe Gesseney

Ensemble Fratres et le choeur Vivace.

.

Mozart et Bach

Samedi 6 mai - 18h Temple de Rolle
Dimanche 7 mai - 17h Nyon

Messe de Louis Niedermeyer
Messe du couronnement de W.A. Mozart
Messe en Fa K233 de J.S. Bach

Ensemble Choral de la Côte avec l’ensemble Fratres

.

La fausse polonaise de Pergolèse

Mercredi 17 Mai - (Echallens)

C’est l’histoire d’une femme qui se déguise en homme, soi-disant pour attraper un homme qui se déguise en femme. Le déguisement, le jeu… et l’amour, toujours : voilà ce qui anime Renardine et Trébuchon.

Poème

Meneur de vents, légende d’airs

De sa veste noire sort une fine baguette blanche
Et à mesure qu’elle bat, le maestro vous guette ;
Il orchestre ses accords d’un revers de la manche
En soupirant tout bas, hochant même de la tête.

Il semble brasser du vent mais il touche du doigt
D’un regard aiguisé, ceux qui tendent l’oreille ;
De ses gestes souvent, l’air fait naître l’émoi
Que sept notes grisées savent porter à merveille.

C’est une ombre ondoyante, un géant de lumière,
De musique irradiante dont elle est l’héritière :
Ainsi grandit le roi qui nous fait divaguer.

Et devant telle silhouette qui nous tourne le dos,
Cette svelte girouette soufflant le crescendo,
Chacun reste sans voix, complètement subjugué.
Matthieu Tavernier

Contact :